S'identifier - S'inscrire - Contact
Pour quoi?  
Surtout et avant tout, pour des problèmes liés à l'environnement, la  , l'. la 
Pour qui? 
A destination de tous les citoyens de -Doiceau.
Par qui? 
Par tous ceux qui désirent travailler dans l'esprit de cette plateforme ou de ce site.
Pour nous contacter

Pour suivre le site

Consultez notre message de bienvenue


Météo locale




Les thèmes abordés sur ce site

Choisissez un mot, cliquez dessus et vous aurez ainsi la liste de tous les articles liés à ce mot clé. Cliquez éventuellement sur la croix devant un thème pour déplier le menu.


Recherche


Archive : tous les articles

Réponses à l'enquête publique sur le Dossier du préventorium de Biez

Mis à jour le 05-11

• Courrier des lecteurs • Samedi 07/11/2009 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : , , ,

Chers lecteurs,

Vous trouverez ci-dessous des réponses que des citoyens ont ou vont adresser au Collège communal et qu'ils nous ont demandé/autorisé de publier.
Cet article sera régulièrement mis à jour.

Bonne lecture.

L'équipe de la Plateforme.

Ci-dessous, les réponses à l' de la section locale de l'ASBL Trop de Bruit en Brabant wallon.Cliquez sur les liens pour consulter les documents annexes.

  • Les aménagements et les gabarits des immeubles ne leur permettent pas de s’intégrer dans leur environnement. Voyez par exemple les rapports de volume dans Projet du Préventorium de Biez : aménagements et gabarits.
  • Il n’est pas souhaitable à ce stade d’accepter une dérogation au Plan de secteur. C’est que nous abordons dans Projet du Préventorium de Biez : demande de dérogation au Plan de secteur. Nous considérons que si dérogation, il devait y avoir, ce serait dans le cadre d’un PCA. 
  • Les questions d’égouttage, d’imperméabilisation des sols, de drainage sont importantes pour un secteur qui a encore connu récemment des dégâts des eaux. Il nous semble nécessaire de repenser le projet en fonction de cela. A voir dans Projet du Préventorium de Biez : la place de l’eau lato sensu.
  • Quoique le bruit soit un élément important de l’environnement, il joue ici un rôle secondaire. Cependant, l’analyse qui en est faite dans l’étude est un exemple de sa faiblesse générale. Nous avons en effet retrouvé maintes contradictions, approximations, erreurs qu’il serait fastidieux de lister à ce stade. A voir dans Projet du Préventorium de Biez : la place du bruit.
  • Tout le monde ne se déplace pas encore à pieds, à vélo ou avec les transports en commun. Il serait vain d’ignorer la place que prend encore la voiture. Pourtant, l’étude semble nettement la sous-estimer. C’est ce que nous estimons dans Projet du Préventorium de Biez : les déplacements.
  • Il est certain que les questions de propriétés, d’ayants droit économique peuvent être jugées comme secondaires dans un dossier de certificat d’ et que rien n’oblige le demandeur à fournir. Néanmoins, l’étude abordant elle-même le sujet, nous aurions souhaité un peu plus de transparence. Vous retrouvez nos doutes dans Projet du Préventorium de Biez : les liens financiers et économiques.
  • Dans un projet immobilier, si l’aspect esthétique a son importance, si les impacts environnementaux ne sont pas à négliger, les relations entre les individus sont tout aussi primordiales. Nous avons désiré montrer dans Projet du Préventorium de Biez : les relations entre groupes d’habitations  que le projet envisagé, par ses orientations, ne permet pas l’intégration facile des nouveaux groupes dans l’existant.
  • C’est pourquoi au bout du compte, nous considérons que la réalisation d’un second Plan d’aménagement communal pour la Butte de Biez s’impose. Il permettrait le développement de la zone en gardant un équilibre entre toutes les parties et permettrait certainement avec un peu d’imagination de résoudre les problèmes évoqués ci-dessous. Considérez nos arguments dans Projet du Préventorium de Biez : pourquoi pas un PCA ?  

Tous ces arguments nous poussent à considérer que le projet n’est pas compatible avec son environnement. Il serait à nos yeux désastreux « d’autoriser » ce type de construction dans le cadre d’un CU2.

Il serait possible d’arriver à de meilleurs résultats comme le démontre le projet du Chabut à Hamme-Mille, qui aussi imparfait puisse-t-il être, a permis de mettre en avant un esprit de consensus et de collaboration au profit d’un plus grand nombre.

Les amis de la Butte de Biez livrent ci-dessous leur opinion....
Extraits.
L’asbl Les Amis de la butte s’oppose au projet immobilier qui concerne le flanc nord de la butte pour plusieurs raisons fondamentales :
L’ampleur du projet, indirectement liée au déficit que les Mutualités Neutres doivent éponger, va s’exprimer dans la rentabilisation outrancière d’une zone à ouverture paysagère au schéma de Structure Communal et d’une zone d’équipements collectifs et de services publics au plan de secteur.
Nous ne pouvons accepter que l’on en arrive à dépasser des gabarits environnants, à concentrer des appartements et à aligner en ligne droite des villas quatre façades sans souci de l’intégration paysagère dans un environnement de type rural. Plus de deux cents habitants et leurs automobiles, des voiries plus larges que les voies rurales sur lesquelles elles viendraient se greffer, tout cela montre que ce projet apportera de facto la ville à la campagne.
Est-ce bien cohérent dans une commune qui initie d’autre part un Plan Communal de Développement Rural ?[...]

[...]Toutes ces raisons, le souci de notre environnement, l’intérêt pour la qualité des relations sociales de notre village et la volonté de s’inscrire dans une démarche participative nous poussent à vous demander d’initier rapidement un pour la zone concernée.
Lire le lettre originale.
Je me réfère au bulletin communal n°38 du mois d’octobre, page 5 : « La commune de Grez-Doiceau met un point d’honneur à garder et à tout mettre en œuvre pour que Grez-Doiceau reste une commune où il fait bon vivre. » Biez et son caractère rural, son charme champêtre, ses bois aux couleurs d’automne. Le calme et la quiétude du lieu, la sécurité pour les enfants, un ensemble de choses qui m’ont séduit. Les efforts faits chaque année par nos élus communaux pour préserver tout cela, et l’ombre au tableau : Moury Promotion
Consultez la réponse d'une habitante de l'Allée du Vicinal.

Nous étions environ 100 personnes à la réunion organisée par Les Amis de la Butte le 27 octobre, qui étaient toutes là pour exprimer leur crainte et leur ressentiment par rapport au projet, uniquement porté par une opportunité de bénéfice financier pour une société privée, dont tous les habitants de Biez, Hèze, Grez Doiceau et même Longueville vont souffrir ! Nous demandons la mise en route d’un pour cette zone, qui permettrait à la Commune et à ses habitants de prendre l’initiative et de décider ensemble quelle urbanisation ils souhaitent pour leur territoire.

JLEY

Et n’oubliez pas que « Biez est particulièrement bien inscrit dans son paysage, sur sa butte aux versants et abords préservés. Cette implantation unique mériterait l’inscription d’un périmètre d’intérêt culturel, historique ou esthétique au plan de secteur. Malgré le lotissement de l’avenue des Sapins et les nombreuses transformations des petites et moyennes fermes composant la trame villageoise, le cœur de la localité a préservé un caractère rural. Une mesure d’accompagnement telle que le règlement général des bâtisses en site rural pourrait être proposée aux candidats bâtisseurs afin d’assurer une évolution cohérente et harmonieuse de l’ensemble ».
Ce n’est pas moi qui le dit mais le Ministère de la Région Wallonne dans son « Patrimoine architectural et territoires de Wallonie » à la page 106. Je pense que tout est dit.

HPI
Consultez la réponse d'un habitant de l'allée des Pins
Aujourd’hui, à la lecture de l’Etude d’Incidences, il est évident que le dit projet est uniquement motivé par l’aspect financier. Qui plus est, à de nombreuses questions importantes, faute d’information, le Chargé d’Etude émet des « hypothèses ». Dans n’importe quelle entreprise responsable, on ne prend pas des décisions sur base d’hypothèses mais sur des faits correctement étudiés et dont on peut mesurer les conséquences pour les citoyens à court, moyen et long terme.

CAN
Consultez la réponse d'un habitant de Biez
Notre rêve…
C’était notre rêve de devenir propriétaire d’une maison dans un petit village du Brabant wallon…
Biez…dès notre première visite : un coup de foudre : son charme, son âme, sa beauté naturelle nous ont littéralement séduites.
Nous signons donc l’achat de la maison le soir même confiantes et sûres d’avoir trouvé "notre petit coin de paradis"…
Parce que biez est un village … Dès notre installation (Début Août 2009), nous sympathisons très vite avec de nombreux villageois et nous apprenons avec horreur qu’un projet immobilier démesuré est en route et qu’il détruira à jamais ce petit village qui est désormais le notre : Biez !
Dès lors nous marquons notre désapprobation totale envers ce projet pharaonique.
Consultez la réponse d'un habitant de Biez
Biez, un paysage au delà du regard
Biez, un village au delà de toutes nos espérances.
Nous y vivons en totale harmonie avec la nature et ses habitants.
Des habitants qui nous ont vite adoptées par leur gentillesse, leur sympathie et leur amour de la « Butte ».
Une Butte dont ils sont fiers, une Butte dont ils nous ont fait partager l’histoire, ses rues et ruelles, ses arbres, ses prairies, ses champs et bois.
Une végétation spécifique qui recèle des espèces rares.
Une nature qui accueille bon nombre d’oiseaux et d’écureuils.
Biez, est devenu pour nous bien plus qu’un simple lieu d’habitation dans le Brabant Wallon.
Nous sommes tombés amoureux de ce village et de ses habitants.
Nous y avons trouvé un véritable ancrage culturel, presque familial.
Pourquoi ? Simplement parce qu’il y a ici un respect de l’environnement et de l’autre.
Simplement parce les gens sont heureux de vivre ici et que le bonheur se partage.
Consultez la réponse d'un habitant de Biez
Il n'y a pas si longtemps, le pouvoir communal a montré un intérêt particulier pour la préservation du cadre rural et du patrimoine paysager de notre belle commune. Par son engagement dans un (PCDR), il va de soi que l'autorité communale ne peut autoriser ce projet qui porte atteinte à la sauvegarde de notre patrimoine rural. Pour rappel, les critères de ruralité sont définis au niveau européen sur deux points : 80% du territoire non bâti et moins de 150 habitants/km². Notre commune ne semble déjà plus répondre à ces critères. L'approbation de ce projet induirait un nouveau recul de son engagement face à une pression immobilière élevée dans la région.
Consultez la réponse d'un habitant de Grez

D'autres articles sur cette thématique.

Ouvrir le débat


Conception et réalisation

Le site a été réalisé à la demande de citoyens par l'ASBL Epures dans le cadre de ses missions d'information et d'aide. L'ASBL n'est pas responsable des opinions formulées. L'ASBL assure également la coordination pratique de la plateforme.