S'identifier - S'inscrire - Contact

Agissez



Météo locale




Les brèves

  • 30 km/h, est-ce impossible?
    J'entends souvent des gens se plaindre qu'il est impossible de rouler à trente kilomètres par heure sur une certaine distance. C'est assez facile pourtant. Il suffit de ne pas appuyer sur l'accélérateur quand l'aiguille du compteur dépasse le trente.

Les thèmes abordés sur ce site

Choisissez un mot, cliquez dessus et vous aurez ainsi la liste de tous les articles liés à ce mot clé. Cliquez éventuellement sur la croix devant un thème pour déplier le menu.


Recherche


Archive : tous les articles

Justification de la mise à 50 Km/h sur la chaussée de Wavre

• Mobilité N25 et N268 • Mardi 25/04/2017 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : ,


Consultez les cartes:

Voir également la Situation générale de la N268 et N25

Caractère local

Les travaux effectués sur la N.25 avaient pour but de rendre la N268 au trafic local comme l’évoquait en son temps, M. Jean-Marc Jadot, ingénieur responsable des travaux au ministère de l'Equipement et des Transports : "Le but principal était de créer cette liaison (NdlR : -Libération). Sur la nouvelle chaussée de Wavre, il ne restera pratiquement plus que le trafic local »

Son objectif : amener les automobilistes à contourner les agglomérations situées le long de la chaussée de Wavre et reporter le trafic venant de Louvain sur la RN 25. La circulation de transit à ,   ou encore Basse-Wavre devrait donc diminuer. "Le but principal était de créer cette liaison (NdlR : -Libération). Sur la nouvelle chaussée de Wavre, il ne restera pratiquement plus que le trafic local, explique Jean-Marc Jadot, ingénieur responsable des travaux au ministère de l'Equipement et des Transports, le maître d'oeuvre. Il reste à réaliser des travaux annexes. Ceux-ci devraient encore continuer jusqu'au mois d'août, sans aléas météo. Il faudra encore réaliser un rond-point et la traversée d' ."  La Libre -mardi 22 mai 2007 [1].

Traversées multiples pour des modes doux

La traversée de la chaussée est nécessaire pour relier  des zones particulièrement sensibles comme des écoles ou des centres sportifs (Centre sportif, Ecole de foot) ou pour jeunes.

Certains carrefours non protégés par des feux sont fortement sollicités pour des circulations de transit (exemple la zone 6)

Augmentation de la convivialité :

En agissant sur la vitesse, nous pouvons diminuer la pression sonore de manière importante, tant pour les riverains directement concernés que pour les habitants des quartiers adjacents, mais pour les usagers en modes doux.

Entre 130 et 50 km/h, les émissions sonores diminuent avec la vitesse. Dans ce régime de vitesses, le contact entre les pneus et la chaussée devient la principale source de bruit[2].

Sur un axe relativement fluide circulé à plus de 80 km/h, une réduction de la vitesse agira sur le bruit de roulement de l’ensemble des véhicules, à condition que cet abaissement soit significatif. Le gain sonore attendu pour une diminution de 20 km/h de la vitesse sera de l’ordre de 3 dB(A), soit autant qu’une division par deux du volume de véhicules[3].

Une vitesse excessive peut provoquer deux types d’insécurité : l’insécurité dite objective, que l’on mesure à partir des rapports d’accidents, et l’insécurité dite subjective, qui correspond à la perception de la population. (source Région wallonne).

Conclusions

La mise à 50 km/h est la conséquence logique des travaux effectués sur la N25. Le trafic à privilégier sur la N268, particulièrement entre la zone 1 et la zone 7, est un trafic local. Si des aménagements ou des adaptations sont sans doute souhaitables pour contenir le trafic de transit indésirable, une vitesse limitée constitue une partie de la solution.
 

D'autres articles sur cette thématique.

Ouvrir le débat


Conception et réalisation

Le site a été réalisé à la demande de citoyens par l'ASBL Epures dans le cadre de ses missions d'information et d'aide. L'ASBL n'est pas responsable des opinions formulées. L'ASBL assure également la coordination pratique de la plateforme.