S'identifier - S'inscrire - Contact

Enragez-vous

De janvier à juin 2018, dans chacune des 27 communes du Brabant wallon, une semaine complète sera consacrée à des débats, des rencontres, des moments festifs, artistiques et culturels, sur le thème du « ré-enchantement » de la démocratie et des nouvelles formes de .

Trois mois avant la semaine proprement dite, les citoyens et les associations locales commencent à se réunir pour concevoir et préparer ensemble les futures activités. Un mois avant le démarrage, les citoyens pourront commencer à proposer, via différents canaux, quels sont, d’après eux, les merveilles, les bons exemples de leur commune ainsi que les défis (enjeux ou améliorations à apporter) que devra relever la future majorité politique.

Tout au long de la semaine, des activités de type artistiques ou citoyennes permettront de hiérarchiser, de prioriser, tant les défis que les merveilles. De même, citoyens et associations seront amenés à évaluer ensemble les possibilités d’implication citoyenne au sein de leur commune.

Pendant la période électorale, lors des débats publics (sur Radio 27, Antipode, Canal Zoom ou TV COM par exemple), les listes candidates seront confrontés à cette liste de défis et seront invités à prendre des engagements vis-à-vis d’eux.

Après les élections, nous évaluerons, commune par commune, l’impact de ce projet sur les engagements pris par la nouvelle majorité.
 

Des animations auront lieu d'ici le 11 juin pour vous permettre de faire part de vos défis et merveilles.
 
Renseignements et informations :

Annabelle DUAUT

Ambassadrice de la coordination Brabant wallon des associations et mouvements d'éducation permanente
pour la commune de -Doiceau

G |  +32 493 638 117

M| annabelle.duaut@laicite.net

 


Pour quoi?  
Surtout et avant tout, pour des problèmes liés à l'environnement, la  , l'. la 
Pour qui? 
A destination de tous les citoyens de -Doiceau.
Par qui? 
Par tous ceux qui désirent travailler dans l'esprit de cette plateforme ou de ce site.
Pour nous contacter

Pour suivre le site

Consultez notre message de bienvenue

Météo locale




Les thèmes abordés sur ce site

Choisissez un mot, cliquez dessus et vous aurez ainsi la liste de tous les articles liés à ce mot clé. Cliquez éventuellement sur la croix devant un thème pour déplier le menu.


Recherche


Archive : tous les articles

Plan de dispersion des vols : après dix ans de combats, est-on reparti pour un tour, avec la route IKEA ?

Nécessité d’une réflexion et une collaboration entre élus francophones.

• Actualités • Jeudi 08/05/2014 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : ,

Communiqué de presse de l’asbl EPURES

L’asbl EPURES[1] tient à rappeler que le dossier des nuisances aériennes n’est pas seulement un problème bruxello-bruxellois. D’autres territoires comme celui de la province du Brabant wallon sont également concernés. Cela implique une réflexion et une collaboration entre élus francophones.

 

Ce n’est pas pour rien que la Déclaration de politique régionale wallonne 2009-2014 «Une énergie partagée pour une société durable, humaine et solidaire», affirmait que le Gouvernement  wallon s’engageait à

  • s’opposer au projet de construction d’un terminal low cost à l’aéroport de Bruxelles-National;
  • viser, dans le cadre de la concertation structurée entre l’Etat fédéral et les Régions, à notamment:
    • défendre les intérêts wallons auprès des instances fédérales en charge de la gestion des aéroports et du trafic aérien ;
    • contribuer à une réorganisation des vols au départ et à destination de Bruxelles-National aux fins de minimiser leur impact en Wallonie, notamment sur le Brabant wallon.

A plusieurs reprises, EPURES a plaidé auprès d’élus et de membres du gouvernement bruxellois pour une meilleure collaboration entre les régions bruxelloises et wallonnes. Force est de constater que nos propositions ont eu finalement peu d’échos. Paradoxalement, l’association a eu plus de succès en se concertant avec des associations et des élus flamands pour soutenir de nouvelles procédures pour les décollages en 07R.

Maintenant que la situation bruxelloise semble s’être dégradée, nous ne voudrions pas que les solutions proposées remettent en question la situation du Brabant wallon. Ainsi l’usage de la piste 019 par la route IKEA décidée par le secrétaire d’état aura sans conteste une influence sur le Brabant wallon, avec des survols à plus basse altitude.

Soyons clairs et précis. Nous ne minimisons en rien les souffrances des nouveaux survolés à Bruxelles. Ils prennent maintenant à leur charge une part des souffrances que d’autres Bruxellois enduraient depuis dix ans[2], victimes d’un premier plan Anciaux, que la méconnaissance ou l’indifférence des membres francophones du gouvernement de l’époque avaient laissé se mettre en place.

A moins d’accepter la fermeture pure et simple de l’aéroport (ce que ne souhaiteraient sans doute pas nombre de Bruxellois), il n’y a guère de solutions pour améliorer la situation des Bruxellois, sans jouer les communes ou quartiers les uns contre les autres.

Il y a bien entendu le travail à la source sur le nombre et le type de survols, le type (et les quotas count) des avions, les horaires.

Mais il y a surtout le travail sur les routes, qui impose aux élus francophones de s’unir pour obtenir une répartition plus équilibrée des charges de l’aéroport. Ressortir la route du ring[3] par exemple ne doit pas être seulement une petite phrase de campagne, mais une volonté réelle.

Il est donc impératif que les futurs élus francophones au Fédéral, aux régions bruxelloise et wallonne n’avancent pas en ordre dispersé, mais œuvrent à une solution équitable qui ne consisterait pas à oublier une partie des Bruxellois ou à massacrer le Brabant wallon, par manque de vision ou de courage politique.

Nous comptons donc sur le « bon sens » de tous pour prendre la « bonne route ».

Hermann Pirmez & Denis Marion

Administrateurs d’EPURES

 

[1] Depuis plus de dix ans, l’association intervient dans ce dossier sur l’ensemble du territoire du Brabant wallon.

[2] Ces victimes ont eu de nombreuses décisions de justice (coulée en force de choses jugées) en leur faveur dont il a peu été tenu compte, alors que les décisions en faveur de la périphérie nord, pourtant systématiquement cassées, étaient et sont finalement encore globalement respectées.

[3] La route de décollage 25R qui contourne tout Bruxelles par le Nord-Ouest en survolant le Ring R.0 est la meilleure solution pour les destinations Sud (qui survolent actuellement Watermael et Auderghem). Collant au tracé de l'infrastructure et les nuisances aériennes se confondant à celles de la route, elle pourrait être le meilleur choix mais aucun parti francophone n'ose défendre cette alternative par peur de la réaction des partis flamands.

D'autres articles sur cette thématique.

Ouvrir le débat


Conception et réalisation

Le site a été réalisé à la demande de citoyens par l'ASBL Epures dans le cadre de ses missions d'information et d'aide. L'ASBL n'est pas responsable des opinions formulées. L'ASBL assure également la coordination pratique de la plateforme.