S'identifier - S'inscrire - Contact

Météo locale


Les brèves

  • 30 km/h, est-ce impossible?
    J'entends souvent des gens se plaindre qu'il est impossible de rouler à trente kilomètres par heure sur une certaine distance. C'est assez facile pourtant. Il suffit de ne pas appuyer sur l'accélérateur quand l'aiguille du compteur dépasse le trente.

Les thèmes abordés sur ce site

Choisissez un mot, cliquez dessus et vous aurez ainsi la liste de tous les articles liés à ce mot clé. Cliquez éventuellement sur la croix devant un thème pour déplier le menu.


Recherche


Archive : tous les articles

Propositions en vue d’élaborer un contrat de gestion type pour les futures maisons de quartier de la commune de Grez-Doiceau.

faites par les Amis de la Butte de Biez

• Actualités • Vendredi 12/10/2012 • 0 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : , , , ,

 

Propositions en vue d’élaborer un contrat de gestion type pour les futures maisons de quartier de la commune de -Doiceau.

 

A l’adresse de toutes les composantes du conseil communal de -Doiceau.                   Mai 2012.

 
 Il en va ainsi de toutes les expériences : elles visent à mesurer les réalités pour ajuster le regard qu’on leur porte. Quand les autorités communales ont délégué la gestion de la maison de quartier de   à l’asbl des Amis de la butte, c’était une expérience. Après dix mois, il n’est pas inutile d’essayer d’en tirer quelques enseignements. En effet, à l’horizon, pointe la réhabilitation d’autres espaces communaux en maison de quartier. La au Plan Communal de Développement Rural a fait émerger des projets de maison de village. C’est dans cette perspective qu’il convient de placer l’évaluation de l’actuel contrat de gestion de la Maison de la Butte. 
L’esprit qui a entouré la confection de l’accord passé entre commune et asbl était animé d’une part, pour la commune, par le souci de se décharger d’une gestion quotidienne lourde et par la volonté de laisser une marge d’autonomie à une collectivité locale. D’autre part, pour l’asbl, il s’agissait de faire vivre un lieu proche de ses membres : cultiver les liens locaux dans une perspective de convivialité et de réflexion sur l’environnement villageois.

Nous ne pensons pas que le contrat actuel soit transposable dans tous les villages de l’entité : c’est pourtant dans cette optique qu’il nous semble devoir être revu. Pas de raison, pour nous, de cultiver l’exception.

Un mot risque de nous pousser à la dérive : nous l’avons souvent entendu dans la bouche de beaucoup d’élus communaux, toutes tendances confondues. Un mot bien sympathique au demeurant, un mot porté par l’air du temps…responsabilisation. Rien à dire, c’est un but louable dans toute activité humaine. Belle idée mais qui souffre ici un peu de sa mise en contexte. Est-ce responsabiliser que de demander à des bénévoles (les membres d’une asbl ou de toute autre forme d’association locale) de financer l’achat de combustible pour chauffer une maison de quartier qui sert de salle de spectacle, de bar de village et de salle louée à des privés ? Le lourd investissement en temps consacré par ces bénévoles pour gérer au quotidien les locations payantes et gratuites doit-il nécessairement procurer, pour tout bénéfice, la décharge d’une facture de mazout pour la commune?

Si l’on pousse cette logique de responsabilisation jusqu’à ses extrémités, on pourrait voir une asbl gérante des lieux qui réclame à la commune le versement d’une caution (comme le prévoit le contrat de location pour les privés) pour des activités que la commune organise dans des bâtiments dont elle est aussi le propriétaire : cela encouragerait, dans un souci de responsabilisation, la commune à respecter les lieux…On voit qu’au-delà de l’idée portée par le mot, il importe de ne pas perdre de vue l’esprit initial qui soufflait sur l’expérience.

Comment donc concilier autonomie locale et respect du cadre communal ? Permettons-nous d’avancer une proposition transposable dans l’ensemble des villages de l’entité : si la commune assure, selon des modalités à définir, le chauffage des lieux publics que constituent les maisons de village, elle assume son rôle habituel de redistributrice de l’impôt à des fins sociales et elle se voit stimulée à livrer des lieux peu gourmands en énergie. Les collectivités qui déchargeraient la commune de la gestion locale pourraient investir une partie des éventuelles rentrées procurées par des locations dans de l’équipement mobile ou immobile qui améliorerait ces lieux au bénéfice indirect de la propriétaire, la commune.  

Un contexte plus détendu s’installerait que lorsqu’il s’agit de faire ramer des bénévoles pour remplir une cuve à mazout communale et il n’y aurait plus aucun souci d’accorder la gratuité des lieux à des associations communales. Reste à régler le problème du nettoyage des lieux : dans ce domaine aussi, la responsabilisation ne devrait pas grever l’accès. Différentes solutions existent comme l’affectation partielle des bénéfices des locations privées aux frais de nettoyage ou la prise en charge par le locataire…

Pratiquement, nous proposons qu’un compte-rendu annuel et détaillé des activités, des rentrées et des sorties d’argent, soit livré à la sagacité du conseil communal. La commune, par le biais de son conseiller en énergie pourrait estimer la consommation annuelle du lieu et déterminer un quota au-delà duquel elle estimerait la gestion des lieux trop laxiste : ce cadre inciterait aussi à la responsabilisation de la collectivité gestionnaire et des locataires. Enfin, pourquoi ne pas déterminer que les bénéfices des locations soient répartis selon une clef qui ménagerait une part pour les animations culturelles, une part pour l’entretien du bâtiment, une part en réserve. Voilà, nous semble-t-il, un modèle transposable, à la fois  stimulant et responsabilisant pour les collectivités locales de l’entité grézienne.

 

                                                                                                                                           Les Amis de la Butte

 

                                                        Les réponses des groupes politiques, classées par date de réception.

 
 
 

Approuvez-vous l’orientation générale du document ?

 
Approuvez-vous les propositions du dernier paragraphe ?
 

Souhaitez-vous formuler des remarques ?

 
 
(Mr Roberti)
 
 
 
oui
 
 
        oui
 

Je regrette le manque de création de maisons de village dans la commune. Si celle d’, « le Coullemont », fonctionne bien, c’est évidemment parce que la commune supporte, via le CPAS, les frais de chauffage et de gros entretien.

A , existe le Cercle : salle de village privée à usage communautaire. Les charges de chauffage et d’entrretien sont évidemment très lourdes.

Une réunion de concertation devrait avoir lieu sur le plan communal .

 
 
 
L’Alliance
Communale
 
(Mme Bauchau)
 
 
 
oui
 
 
 
 
ni oui,
ni non.
 

Trouver le bon équilibre entre responsabilisation et bénévolat n’est certainement pas facile. Il est évident que tous les coûts ne peuvent être imputés aux bénévoles.

Ainsi, au niveau du mazout, sa prise en charge incombe à la commune qui reste propriétaire des lieux. D’autant si ceux-ci servent à des événements communaux.  L’idée de déterminer par le conseiller en énergie un quota « à ne pas dépasser » est une solution envisageable.

Concernant le nettoyage, celui-ci doit être confié aux utilisateurs de la salle qu’ils soient privés ou communaux. La commune pourrait passer un contrat auprès d’une société spécialisée qui réaliserait l’entretien, avec dans ce cas une prise en charge par le locataire. Une partie des bénéfices de l’ASBL pourrait servir à couvrir ces frais au travers d’une grille de répartition. 

 
 
 
 
 
 
 
oui
 
 
 
 
oui
 
 
Nous trouvons ces propositions très intéressantes.

Nous aimerions une « table ronde » sur cette question avec toutes les personnes impliquées afin de faire un véritable tour de la question et de trouver une « bonne » solution.

 

Nous sommes ouverts à revoir la convention, sur base d'une évaluation de la première année. Cette évaluation devra être globale et comprendre tous les aspects de la Maison de la Butte.

 

 

(Mr Felot)

 

 oui

 

 oui

Nouveaux venus sur la scène politique, nous n'avons pas encore eu l'opportunité d'étudier la problématique du démarrage de la maison de Quartier de . Il nous manque notamment une appréciation claire de la nature, l’origine et la répartition relative des différentes recettes et dépenses.

 

Par contre, une fois élus, nous ferons volontiers de ce problème de « gestion responsable » auquel vous êtes confrontés et que vous proposez de modéliser au profit d’autres collectivités locales une de nos priorités.

A même de lui porter un regard neuf, indépendant de toute prise de position préalable, nous ferons en sorte que la solution retenue soit objective, équitable et applicable rapidement.

 

Ancien dirigeant de multinationales et d’ASBL, membre de divers conseils, dont celui du Domaine du Bercuit pendant 8 ans, je me tiens personnellement, ainsi que mon équipe, à votre disposition, avant ou après les élections :

- pour une rencontre sur les problèmes que vous rencontrez sur la butte (dont un autre  fait d’ailleurs partie de nos priorités: annexe photo 5)

- et/ou pour préparer une simulation chiffrée de votre modèle pour 2013 susceptible de convaincre la future majorité communale. 

D'autres articles sur cette thématique.

Ouvrir le débat


Conception et réalisation

Le site a été réalisé à la demande de citoyens par l'ASBL Epures dans le cadre de ses missions d'information et d'aide. L'ASBL n'est pas responsable des opinions formulées. L'ASBL assure également la coordination pratique de la plateforme.